Jacques Paul Migne.

Priest, and publisher of theological works, born at Saint-Flour, 25 October, 1800; died at Paris, 24 October, 1875.

After completing his college courses, he devoted himself to the study of theology in Orléans, and while a student there filled, for a time, the position of professor in the fourth class of the college of Châteaudun. He was ordained priest in 1824, and in the following year was made pastor of Puiseaux, in the Diocese of Orléans. He published a pamphlet: De la liberté, which brought him into conflict with his bishop, Brunault de Beauregard, in consequence of which he resigned his parish, and went to Paris, where, in the same year, he founded L’Univers Religieux, later L’Univers — a journal intended by him to be free from any political tendency, and concerned with Catholic interests alone. He edited this paper until 1836, and contributed to it a very great number of articles. Meanwhile, he had conceived the plan of publishing for the use of the clergy a series of important, older and newer, theological works, at so moderate a price that they might meet with a wide circulation, and thus further an earnest and scientific study in ecclesiastical circles. For this purpose he founded in the suburb Petit-Montrouge a large printing house, with all the necessary departments, the Imprimerie Catholique, where he employed more than three hundred workmen. From 1836 he devoted his energies exclusively to this great and important undertaking, which made him universally known. Within a relatively short time he succeeded in publishing many volumes of the older theological literature, and partly because of the moderate cost, he obtained for them a wide circulation. We may mention here:

  • Scripturae Sacrae Cursus Completus (28 vols., 1840-45), with excellent commentaries of older and newer writers on each of the Books of Scripture;
  • Theologiae Cursus Completus (28 vols., 1840-45), with treatises of many earlier writers supplementing the main articles;
  • Démonstrations Evangéliques (20 vols., 1842-52), in which are gathered together the apologetic writings of over one hundred authors from every epoch of church history;
  • Collection Intégrale et Universelle des Orateurs Sacrés in two series (102 vols., 1844-66), containing the works of the best pulpit orators of the preceding centuries;
  • Summa Aurea de Laudibus Beatae Mariae Virginis, coll. J.J. Bourassé (13 vols., 1866-68);
  • Encyclopédie Théologique, an extensive collection of works of reference, alphabetically arranged, and not confined to theological matters alone, but including a number of auxiliary sciences, such as philosophy, geography, history, natural history, bibliography, three series, containing altogether 171 vols. 1844-66.

Several of the dictionaries of the collection are of unequal value, and may be considered as out of date. The most important and meritorious of his publications is the Patrologia, in two collections: Patrologiae Latinae Cursus Completus, in two series (217 vols. in all, 1844-55), with four volumes of indexes (vols. 218-221, 1862-64), and Patrologiae Graecae Cursus Completus, of which one series contains only Latin translations of the originals (81 vols., 1856-61). The second series contains the Greek text with a Latin translation (166 vols., 1857-66). To the Greek Patrology there was no index, but a Greek, D. Scholarios, added a list of the authors and subjects, (Athens, 1879) and began a complete table of contents (Athens, 1883). The Patrologia Latina contains all the attainable published writings of Latin ecclesiastical authors from the earliest known to Pope Innocent III (d. 1216). The Patrologia Graeca includes the printed works of Greek Christian writers down to the Council of Florence (1438-39). The intention was to choose for the new issues the best editions of each author, with suitable introductions and critical additions, which plan, unfortunately, was not always realized. The printing, too, was frequently unsatisfactory, and in most of the Migne reprints we find a number of misprints and errata. The great value of the collection lies in the fact that at a moderate cost and in a handy form a great work of reference was produced, and a whole series of rare and scattered writings were gathered together, and made easily accessible to the learned world. The collections had a large circulation, and are widely used as works of reference. Besides these great collections, Migne printed a large number of the writings of single important theological authors, in complete editions, e.g. Saint Thomas Aquinas, Saint Teresa, Cardinal Bérulle. the great pulpit orators Bourdaloue, Bossuet, Massillon, Fléchier; the writers Lefranc de Pompignan, de Pressy, Régnier, Thiébault, du Voisin, de Maistre, and others. Up to 1856, Migne was also proprietor of a journal La Vérité, which gathered articles from papers of every tendency, and republished them as aids to a comprehensive induction on current ideas and facts.

In connection with his Imprimerie Catholique were established workshops for the production of religious objects, such as pictures, statues, and organs. In 1868 a great conflagration broke out in the printing house, which extended to the entire Montrouge establishment, destroying almost entirely the work of years, and the valuable stereotype plates of the Patrologia. The loss was over six million francs, but Migne did not lose courage, and began at once to rebuild. But difficulties accumulated. The Archbishop of Paris was averse to the commercial elements in the work, forbade the continuance of the business, and, finally, suspended the publisher from his priestly functions. The Franco-German war of 1870 inflicted great losses; then from Rome came a decree condemning the misuse of Mass stipends for the purchase of books, and Migne was especially named in connection with this abuse. He died without ever having regained his former prosperity, and his business passed into the hands of Garnier Frères.

The Catholic Encyclopedia [Fifteen volumes and Index]. Volume X. Special Edition under auspices of The Knights of Columbus Catholic Truth Committee. New York. The Encyclopedia Press, INC. 1911. pp. 290-291.

This article was transcribed [margins and text distribution too] for New Advent by Michael C. Tinkler.

***

INCENDIE DE L’IMPRIMERIE MIGNE. Les journaux ont donné de nombreux détails sur l’effroyable incendie qui a dévoré en une nuit l’établissement de l’abbé Migne. La valeur scientifique de quelques-unes des publications sorties de ces célèbres presses a pu être discutée, mais ce que personne ne niait, c’était la grandeur et l’utilité de l’œuvre considérée dans son ensemble. Plus de 660 volumes composant la Patrologie (301), l’Encyclopédie théologique (171), et les Orateurs sacrés (102), avaient été clichés, dans le but de mettre ces publications importantes à la portée des bourses les plus modesties; tous ces clichés sont fondus. Le magasin des livres en feuilles n’a pu être qu’en partie sauvé. Plusieurs livres sous presse: le dernier volume des Index de la Patrologie latine, le dernier volume de la Patrologie grecque, le dernier volume de la Collection des orateurs sacrés, ont été détruits: il faudra les recommencer. Le manuscrit du sixième volume du Dictionnaire de l’Église, de M. L. F. Guérin, celui du vingt – troisième de l’Histoire ecclésiastique d’Henrion, ceux des six volumes des Statuts des Statuts qui devaient contenir les œuvres théologiques de Mgr Dupanloup, et d’antres encore, ont été la proie des flammes. L’abbé Migne, dit-on, n’est point découragé; il espère pouvoir, après liquidation de ses contrats d’assurance, monter, dans des proportions plus modestes, une imprimerie qui lui permettra de finir les trois grands monuments ecclésiastiques auxquels il a attaché son nom. Mais on doit craindre que la perte des clichés ne soit irréparable ; pour recommencer une semblable entreprise, il faudrait à l’abbé Migne une seconde existence, aussi longue que celle qu’il a faire preuve, dans ces douloureuses circonstances, il est peu probable qu’il puisse songer à refaire tout ce que l’incendie vient d’anéantir.

Polybiblion. Revue Bibliographique Universelle. Première année. Tome Premier. Février-juillet. Publication de la Société Bibliographique. Paris. 1868.

Transcripción: Francisco Arriaga. México, Frontera Norte, 01 septiembre 2009.

***

MIGNE (Jacques-Paul, abbé), éditeur français, né à Saint-Flour (Cantal), le 25 octobre 1800, vint faire ses études de théologie à Orléans, dont le grand séminaire s’est longtemps recruté en Auvergne. Il fut quelque temps professeur de quatrième au collège de Châteaudun, fut ordonné prêtre en 1824, puis envoyé comme cure au bourg de Puiseaux (Loiret). Quelques démêlés avec l’évêque du diocèse, Mgr. De Beauregard, l’amenèrent à donner sa démission ; en 1833, il vint à Paris et fonda, la même année, l’Univers religieux (Plus tard l’Univers), qui devait, dans sa pensée, rester neutre entre les partis et être catholique avant tout. En 1836, il céda son journal, où il signait L. M., et se fit imprimeur au Petit-Montrouge, prés de Paris. L’abbé Migne posséda bientôt un vaste établissement, auquel il a donné le nom d’Imprimerie catholique, et où plus de 300 ouvriers compositeurs, brocheurs, relieurs, etc., travaillèrent sans relâche. Il sortit peu d’œuvres originales de cette maison, particulièrement consacrée à la réimpression pure et simple d’anciens ouvrages théologiques ou de collections latines et françaises, édités à bas prix, et avec une extrême rapidité. La Patrologie (Patrologiæ cursus), l’Encyclopédie théologique et la Bibliothèque de l’abbé Migne comptent les volumes par centaines. En 1868, un incendie qui éclata dans son imprimerie détruisit ses ateliers et anéantit des collections théologiques très considérables. La perte matérielle, garantie par des assurances, s’éleva, dit-on, à une somme de six à sept millions. L’abbé Migne a été jusqu’en juin 1856 propriétaire d’un journal quotidien, la Vérité (ancien Journal des faits), qui, se bornant à la reproduction des autres journaux, avait la prétention d’être l’écho impartial de toutes les opinions. Acheté par le banquier M. Prost, le journal la Vérité devint le Courrier de Paris. M. Migne a repris un journal sous ce dernier titre, en avril 1861. – Il est mort à Paris, le 25 octobre 1875.

Dictionnaire Universel des Contemporains contenant Toutes les Personnes Notables de la France et des Pays Étrangers. Par G. Vapereau, agrégé de Philosophie, Ancien Préfet, Inspecteur Général de l’Instruction Publique. Cinquième Édition Entièrement refondue et considérablement augmentée. Paris, 1880. p. 1290.

Transcripción: Francisco Arriaga. México, Frontera Norte, 01 septiembre 2009.

Jacques-Paul Migne

Curé de Puiseaux (1826 – 1833)

Jeunesse et formation

Né en 1800 à Saint Flour (Cantal), Jacques-Paul Migne est issu d’une famille de commercants aisés mais assidus au labeur. Dans ce milieu rude et laborieux, Migne apprendra la tenacité en affaires. Ses parents l’envoient au collège catholique de Saint-Flour où il montre peu d’assiduité. La principal, l’abbé Salerne, reconnaissant en lui malgré tout des dispositions intellectuelles, l’emmène avec lui au collège d’Orléans. Migne à l’époque a 17 ans. Il rencontre à Orléans des gens instruits et cultivés et se découvre une vocation sacerdotale. Entré au séminaire, il étudie avec ardeur afin de rattraper le temps perdu. Comme il est trop jeune pour être ordonné prêtre, il est nommé censeur au collège de Châteaudun, puis professeur de 1820 à 1824. En 1824, il est ordonné prêtre.

Jacques-Paul Migne curé de Puiseaux

Pendant 17 mois, Migne est curé dans un canton de Châtillon. Malgré sa bonne constitution. Il tombera malade à cause du climat humide de cette région du Gâtinais. Mgr. De Beauregard le nomme alors à la cure d’Auxy. Il y restera peu de temps car il est envoyé à Puiseaux afin de remplacer l’abbé Panier âgé de 73 ans. Ce dernier, calme et pondéré, était très estimé à Puiseaux. La succession se révèle difficile pour le jeune Migne, au caractère énergique et autoritaire. De plus un courant anti-clérical se développait dans tout le pays. Cependant, durant les premières années, Migne fut bien accepté par la population où il développera une grande activité.

Malheureusement, l’entente dura peu et le nouveau régime, sous le roi Louis-Philippe, y contribua pour beaucoup. La monarchie se distanca de la religion catholique et rétablit le drapeau tricolore. Migne, royaliste convaincu, entra en conflit avec la population de Puiseaux qui avait un bon souvenir de la République. Migne s’attira même les griefs de la population lors d’une procession traditionnelle. Dans les rues de Puiseaux, il refusa de bénir un reposoir parce qu’il était décoré de drapeaux tricolores, alors qu’il ne tolérait que les drapeaux blancs. Sous les yeux médusés de la foule, il planta là, cortège et officiles pour s’enfuir ves son église dont les portes restèrent closes toute la journée. Entre-temps l’abbé Migne se lance dans la rédaction d’un livre intitulé „De la liberté, par un prêtre”. Au même moment, une grave épidémie de choléra se développe en France, notre curé se dépense sans compter pour soulager nombre de malades des environs; l’épidémie enrayée, il organise une grande procession.

On exposa les reliques de Saint-Roch, protecteur de la peste et des épidémies, au presbytère. A cette occasion, grâce à une quête publique, on offrit au saint une nouvelle châsse digne de recevoir ses reliques. Aujourd’hui, ces reliques se trouveraient á l‘évêché d’Orléans.On peut admirer la châsse auprès de l’autel réservé à Saint-Roch dans le bas- coté nord à Puiseaux.

La procession eut un succès inoubliable. Vingt trois paroisses des alentours y participèrent. Jamais Puiseaux n’avait connu un tel déploiement de foule. Les efforts de Migne ne furent guère récompensés par ses supérieurs. Au contraire, l’évêque de Beauregard interdit à Migne la publication de son livre. Ulcéré, ce dernier demande à quitter Puiseaux. Avec l’accord de l’évêque, il se rend à Paris fin 1833. Son ministère à Puiseaux aura duré sept ans.

Jacques-Paul Migne journaliste et éditeur

Migne s’est rendu compte de la puissance de l’écrit et de la presse et dès le 3 novembre 1833 il fonde un journal „l’Univers Religieux” et en peu de semaines, il compte déjà 1800 abonnés. Il se fait aider par des collaborateurs, dont Louis Veuillot qui rachètera plus tard le journal et l’éditera sous le nom „l’Univers”. Par la suite, Migne créera d’autres journaux qui lui attireront des ennuis tant du côté de l’Eglise que du côté du pouvoir. Il se découvre ensuite la vocation d’éditeur.

En 1857, il publie deux livres sur l’Ecriture Sainte et la Théologie dont les bénéfices financeront un atelier d’imprimerie au Petit Montrouge. Plus tard, il fondera une véritable usine dans le XIVième arrondissement. Son entreprise ne cesse de s’accroître et il emploie vers 1854 près de 500 ouvriers. C’était à l’époque la plus grande imprimerie privée du pays ; tous les corps et métiers du livre y étaient représentés. Alors que son usine prospérait, elle fut hélas détruite par un violent incendie dans la nuit du 12 au 13 février 1868. L’oeuvre de sa vie fut ainsi réduite à néant. Malgré 18 contrats d’assurance qu’il avait contactés et après de nombreux procès pour obtenir des indemnité, il ne récupérera qu’une maigre somme qui ne suffira pas à relancer son entreprise. Il avait bientôt 70 ans et il se sentait très fatigué. Il mourut dans son appartement de l’avenue du Maine le 24 octobre 1875.

L’oeuvre de Jacques-Paul Migne

La maison d’édition de Migne fonctionnera pendant 30 ans. Migne avait prévu pour sa Bibliothèque Universelle 2000 volumes. Seuls 1019 livres seront publiés. On peut classer son oeuvre en trois parties :

  • Oeuvres purement religieuses
  • Oeuvres encyclopédiques
  • Patrologie

Cette dernière partie eut un réel succès, Migne étant précurseur en ce domaine.

Ce qui reste de l’oeuvre de Migne

L’ampleur considérable des éditions Migne ne pouvait que susciter la critique, voire la convoitise. Ses collections eurent un réel succès, aussi bien dans les milieux écclésiastiques que laiques. Précurseur en son temps, il avait inventé le livre à bas prix en favorisant la souscription directe, ce qui lui valut la critique acerbe des libraires.

Aujourd’hui beaucoup de ses oeuvres ne correspondent plus avec l’actualité. cependant certains dictionnaires dont la science évolue peu tels les „Apocryphes de la Bible, l”Héraldique” ou les „Hérèsies” sont encore utilisés.

Malgré sa renommée à Paris et même dans toute l’Europe grâce à l’édition, Migne n’oubliera jamais ses débuts dans le Gâtinais. En effet, il offrit à l’église de Desmont et à l’église d’Auxy deux tableaux. Par contre on n’a jamais trouvé trace d’un don quelconque à l’église de Puiseaux.

Bulletin Municipal de Puiseaux 2000. Comité de rédaction: M. J.-C. Pompée

***

Migne – A dossier. PLGO.

Share and Enjoy: